Découvrez où se cache l’un des plus gros instruments de musique au monde

Que ce soit ici ou ailleurs, les églises sont devenues un emblème touristique dans presque tous les pays qui ont touché au catholicisme. Certaines d’entre elles possèdent des histoires et des architectures tellement intéressantes, qu’on ne peut rester de glace devant la grandeur de ces monuments. Dans l’Est, l’église Très-Saint-Nom-de-Jésus attire l’attention de nombreux touristes et résidents. Tantôt par son architecture, tantôt pour ses œuvres d’art intemporelles et bien sûr pour son orgue reconnu comme l’un des plus grandioses de l’Amérique du Nord.

Une cathédrale pour Maisonneuve

Située sur la rue Adam et construite en 1907, l’église du Très-Saint-Nom-de-Jésus se voulait dès sa construction, un bâtiment majestueux et ostentatoire. C’est donc l’artiste Toussaint-Xénophon Renaud, reconnu pour ses œuvres trompe-l’œil, qui avait alors été mandaté pour décorer l’intérieur et élaborer des œuvres d’art reliques et sacrés. Aujourd’hui, il ne suffit que d’une simple visite entre les murs de l’église pour constater que l’artiste a relevé avec brio ce défi artistique.

Un orgue reconnu à l’international
En 1916, Édouard Contant voyait grand. Pas question d’avoir un orgue ordinaire. Il voulait donner à la ville de Maisonneuve tout le prestige qu’elle méritait et c’est pourquoi il a fait appel aux frères Casavant  pour l’installation de ce qui était le plus gros orgue au Québec et le sixième en Amérique du Nord. Rien de moins.

Aujourd’hui, l’orgue est devenu un joyau du patrimoine québécois. Unique de par sa couleur et sa sonorité, celui-ci a été confectionné selon l’influence française et américaine et possède plus de 6500 tuyaux. Sa rareté et sa qualité acoustique en fait un instrument reconnu internationalement.

D’hier à aujourd’hui
L’église aura connu quelques embûches au cours de la dernière décennie, allant des soucis d’infiltration d’eau à des problèmes sanitaires. L’archevêché fut donc obligé d’en fermer les portes, en 2010. Heureusement, la réouverture des lieux aura permis l’association de l’église à la faculté d’orgue de McGill permettant l’arrivée de cours de musique. Plusieurs messes ont également lieu chaque semaine, en plus de certains enregistrements de l’Orchestre Symphonique de Montréal. Même si plusieurs dizaines de milliers de dollars sont encore à prévoir pour terminer les constructions, l’église du Très-Saint-Nom-de-Jésus refait désormais partie du paysage d’Hochelaga-Maisonneuve, au plus grand plaisir des Montréalais.

Laisser un commentaire