Tout sur la bouffe de rue

Reconnue pour sa gastronomie et sa diversité culinaire, Montréal s’est fait connaître à l’international par la qualité de ses aliments et de ses restaurateurs. Si la métropole connait désormais cette notoriété, c’est aussi grâce à des initiatives comme la bouffe de rue, symbole d’une richesse des saveurs et d’une forte présence de passionnés de cuisine. Les Food-Trucks font aujourd’hui le bonheur des plus grands épicuriens et leur arrivée aura définitivement contribué à l’évolution du monde de l’événementiel montréalais.  Coup d’œil sur quelques faits intéressants qui auront marqué sa venue.

1- Bannie de Montréal en 1947, la bouffe de rue aura été absente plus de 65 ans avant de réapparaître dans le décor montréalais. Ce sont les problèmes d’insalubrité qui auront contribué à sa disparition.  Les hippomobiles, la cuisine rapide proposée et la poussière étaient les causes principales de ce manque d’hygiène.

2- Aujourd’hui, les restaurateurs désirant posséder leur propre camion de  cuisine de rue doivent d’abord obtenir un permis de la ville de Montréal. Quant à leur emplacement, ce sont les arrondissements qui sont responsables de les déterminer.

3- Le phénomène de la bouffe de rue est très répandu aux États-Unis, notamment à New York où plus de 5100 permis de street-food ont été distribués.
foodyCrédit photo : Beeslikehoney

4- Créée en 2012, l’Association des restaurateurs de rues du Québec est un organisme visant à promouvoir la bouffe de rue et l’authenticité de celle-ci en privilégiant des pratiques et des ingrédients favorisant l’environnement. Les détenteurs de Food-Trucks sont libres d’en faire partie, mais l’adhésion pour les membres démontre l’utilisation de nourriture saine, souvent locale, de qualité et cuisinée dans un souci environnemental.

5- On compte aujourd’hui plus de 55 Food-Trucks et 4 triporteurs membres de l’ARRQ.

6- Les restaurateurs souhaitant adhérer à l’ARRQ doivent soumettre leur menu à un panel de sélection composé de 5 à 7 personnes. Leur repas est jugé selon la qualité des aliments et selon l’aménagement et l’hygiène du camion.

7- Sans compter les nombreux festivals qui s’opèrent à travers Montréal durant la saison estivale, on dénombre la présence de Food-Trucks dans 7 arrondissements, et dans plus de 27 lieux, dont 6 qui se retrouve dans l’Est (Ste-Catherine Est, Place Émilie-Gamelin, parc Olivier-Robert, Métro Assomption, Maisonneuve-Rosemont, Espaces Affaire Rosemont).

8- Les Food-Trucks offrent une vaste diversité culinaire. Du foie gras, au taco, en passant par la poutine, le poulet portugais et la crème glacée, le menu des restaurants de rue est sans fin et il y en a pour tous les goûts.

9- Les Premiers Vendredis est le plus grand événement au Canada qui rassemble le plus grand nombre de camions de cuisine de rue à chaque début de mois de l’été.

10- Plusieurs festivals gourmands ont vu le jour depuis l’arrivée des camions de cuisine de rue. On pense notamment aux Feux Gourmands, Bouffons! MTL, La Cuvée d’été et d’hiver, YUL eat, etc.
yuleat

11- Il est possible de commander un Food-Truck pour un événement privé. Les restaurateurs agissent comme des traiteurs dans ce cas-ci et peuvent se déplacer sur demande.

12- On pourrait voir apparaître les Food-Trucks cet hiver. De nombreux projets sont en branle et ça promet d’être croustillant! Il faudra toutefois attendre un peu avant leur dévoilement.

Foodies, à vos fourchettes, la bouffe de rue est là pour rester!

Laisser un commentaire